Comment gagner de l’argent avec les actions?

Comment gagner de l’argent avec les actions?

21 avril 2021 0 Par Yohan

Les actions constituent une part importante du portefeuille de tout investisseur. Il s’agit d’actions d’une société cotée en bourse. Le pourcentage d’actions que vous détenez, le type de secteurs dans lesquels vous investissez et la durée de votre placement dépendent de votre âge, de votre tolérance au risque et de vos objectifs de placement généraux.

Les courtiers à escompte, les conseillers et autres professionnels de la finance peuvent fournir des statistiques montrant que les actions ont généré des rendements exceptionnels pendant des décennies lis ça pour en savoir plus. Cependant, détenir les mauvaises actions peut tout aussi bien détruire des fortunes et priver les actionnaires d’opportunités de profits plus lucratifs.

En outre, ces points n’empêcheront pas votre douleur au ventre lors du prochain marché baissier, lorsque l’indice Dow Jones (DJIA) pourrait chuter de plus de 50 %, comme ce fut le cas entre octobre 2007 et mars 20092.

Les comptes de retraite, tels que les plans 401(k) et autres, ont subi des pertes massives au cours de cette période, les détenteurs de comptes âgés de 56 à 65 ans étant les plus touchés, car ceux qui approchent de la retraite sont généralement les plus exposés aux actions.

Gagner de l’argent avec les actions : La stratégie d’achat et de conservation

La stratégie d’investissement “buy and hold” est devenue populaire dans les années 1990, soutenue par les “quatre cavaliers de la technologie” – un quatuor de grandes valeurs technologiques (Microsoft (MSFT), Intel Corp. (INTC), Cisco Systems (CSCO) et Dell Computer, aujourd’hui privé) qui ont alimenté l’essor du secteur de l’Internet et propulsé le Nasdaq vers des sommets sans précédent. Ces entreprises semblaient tellement sûres que les conseillers financiers les recommandaient à leurs clients comme des sociétés à acheter et à conserver à vie. Malheureusement, beaucoup de ceux qui ont suivi leurs conseils ont acheté tard dans le cycle haussier du marché, si bien que lorsque la bulle Internet a éclaté, les prix de ces actions gonflées se sont également effondrés.

Malgré ces revers, la stratégie du “buy-and-hold” porte ses fruits avec des actions moins volatiles, récompensant les investisseurs par des rendements annuels impressionnants. Elle reste recommandée aux investisseurs individuels qui ont le temps de faire fructifier leur portefeuille, car historiquement, le marché boursier s’est apprécié sur le long terme.

L’étude de Raymond James and Associates

En 2011, Raymond James and Associates a publié une étude sur les performances à long terme de différents actifs, en examinant la période de 84 ans entre 1926 et 2010. Au cours de cette période, les actions à petite capitalisation ont enregistré un rendement annuel moyen de 12,1 %, tandis que les actions à grande capitalisation sont légèrement à la traîne avec un rendement de 9,9 %. Les deux catégories d’actifs ont surpassé les obligations d’État, les bons du Trésor (T-bills) et l’inflation, offrant ainsi des investissements très avantageux pour la constitution d’un patrimoine à vie.

Les actions ont enregistré une performance particulièrement forte entre 1980 et 2010, avec un rendement annuel de 11,4 %. Mais la sous-catégorie des actions des sociétés d’investissement immobilier (REIT) a battu la catégorie plus large, affichant des rendements de 12,3 %, la bulle immobilière alimentée par les baby-boomers ayant contribué à la performance impressionnante de ce groupe. Ce leadership temporel souligne la nécessité d’une sélection minutieuse des actions dans le cadre d’une stratégie d’achat et de conservation, grâce à des compétences bien rodées ou à un conseiller tiers de confiance.

Les grandes valeurs ont sous-performé entre 2001 et 2010, affichant un rendement maigre de 1,4 %, tandis que les petites valeurs ont conservé leur avance avec un rendement de 9,6 %. Les résultats renforcent l’urgence d’une diversification interne des classes d’actifs, ce qui nécessite un mélange de capitalisation et d’exposition sectorielle. Les obligations d’État ont également progressé au cours de cette période, mais la fuite massive vers la sécurité pendant l’effondrement économique de 2008 a probablement faussé ces chiffres.

L’étude de James identifie d’autres erreurs courantes dans la diversification des portefeuilles d’actions, notant que le risque augmente géométriquement lorsqu’on ne parvient pas à répartir l’exposition entre les niveaux de capitalisation, la polarité croissance/valeur et les principaux indices de référence, notamment l’indice Standard & Poor’s (S&P) 500.

En outre, les résultats atteignent un équilibre optimal grâce à une diversification des actifs croisés qui comprend un mélange d’actions et d’obligations. Cet avantage s’intensifie pendant les marchés baissiers des actions, ce qui atténue le risque de baisse.